www.medecin-oberkampf.com - Urgences Allergiques
 Médecine Générale - Docteur Patrick Adrien TEBOUL
Mise à jour le 18 Mai 2013

Romeo et juliette opus 64
Orchestra Classica Radio France
Flash Player doit être installé pour visualiser ce fichier.




 Les Urgences Allergiques
 par le  Dr Patrick TEBOUL
-extraits de l'ouvrage Urgences en Allergologie, Fabienne Rancé, Alain Didier, Guy Dutau, Expansion Scientifique Française
-extraits de publication sur les acariens, G. Pauli, M. Ott, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg
Savez vous prendre votre Ventoline ??
                         Mais Evidemment Docteur, ...
Flash Player doit être installé pour visualiser ce fichier.
Scène mythique DrHouse (Asthme Saison 5)
Enorme!

Ce sont des urgences provoquées par la présence d'une substance qui est à l'origine d'un phénomène allergique aigu, appelée "allergène".

                      
L'allergène est un facteur extérieur tout à fait banal, difficile à identifier  et qui pénètre ou se trouve en contact intime avec le milieu intérieur de l' organisme.
Le mécanisme de développement initial est assez simple :  ingestion d'un aliment, inhalation de pollen ou de déjections d' acariens, contact avec des poils d'animaux précis, piqûres d'insecte, contact avec un vêtement ou une texture spécifique, changement d'environnement,  etc....

 l'allergène est introduit dans le corps classiquement par les voies respiratoires ou alimentaires, ou encore par le simple contact avec la peau, il se trouve mis en présence de certains anticorps très spécifiques , les Immunoglobulines IgE, présents sur certaines cellules sanguines, qui sont des globules blancs apppelés mastocytes et qui circulent dans le sang et dans les tissus de l'organisme.

Cette interaction entre l'allergène et l'immunoglobuline IgE spécifique,  va  provoquer, chez certaines personnes,  une réaction en chaine qui aboutit à la libération massive d'une substance chimique  dénommée l'histamine, qui est stockée dans ces cellules, et qui va provoquer une réaction extrêmement puissante et rapide au niveau d'un organe cible ;
Compte tenu du mécanisme ces allergies sont également appelées
"anaphylaxie induites par les IgE".
les organes cibles sont assez steréotypés :
-soit le coeur, les artères et le veines, entrainant une chute brutale de pression arterielle,
-soit les poumons et les bronches, entraînant une crise d'asthme aigu grave
-soit la peau, entraînant l'apparition d'un urticaire,
-soit les muqueuses, et notamment les muqueuses ORL, entraînant un oedeme de Quincke ou un angio-oedeme


Anaphylaxis ...
L'Anaphylaxie du grec "Anaphylaxis"
Étymologie[modifier]
Le terme vient du grec ana (ανα), en sens contraire, et phulaxis (φύλαξις), protection. L'anaphylaxie est un état dans lequel l'organisme, au lieu de se protéger, réagit de façon violente contre lui-même.
Description[modifier]
C'est une réaction allergique sévère et rapide, qui suit l'introduction d'une substance étrangère : l'agent allergène. L'allergène peut-être ingéré, inhalé, injecté ou mis en contact avec la peau une première fois sans aucune réaction. L'organisme va toutefois être sensibilisé à ce composé, et va réagir violemment après la seconde introduction.
En 1913, le prix Nobel de Médecine décerné au Docteur Charles Richet (1850-1935) qui a découvert en 1902 les mécanismes de l'anaphylaxie en étudiant les méduses lors des expéditions organisées par le Prince Albert I.
Notes et références[modifier]



"L'orage d'histamine"
 L'histamine libérée dans tout le corps est ainsi décrite comme un "orage histaminique" mettant en jeu la vie de la personne si l'on ne fait rien. Toute personne allergique doit connaitre ces complications et disposer d'un kit " d'urgence" qui lui sera conseillé par son médecin mais compte tenu de la fréquence importante des allergies dans la population, toute personne d'une manière générale doit être informée des risques et des soins qu'il faut apporter en cas d'urgence allergique pour une personne de son entourage .
On trouve facilement les anti-allergiques en pharmacie ( en vente libre) ainsi que les kits d'adrenaline qui sont vendus en pharmacie, sur conseil du médecin, compte tenu des effets secondaires parfois graves que peut avoir l'Adrenaline sur le coeur et sur le système cardio-vasculaire.

Voici 4 exemples d'urgences allergiques typiques :
urgences 3.thumbnail

Le Choc Anaphylactique
 il s'agit d'un malaise général avec chute brutale de la pression artérielle et surtout d'installation très rapide, ce qui surprend tout le monde;
par exempme, à table en famille, tout va bien au cours d'un diner, et soudain l'un des invités s'écroule et perd connaissance sans raison apparente.
Dans ce cas on doit penser tout de suite a un choc anaphylactique, qui résulte d'une réaction allergique aigue par libération massive d'histamine dans le sang et les tissus de la personne. Si l'on ne fait rien , la personne décède en quelques minutes par hypoperfusion cérébrale et cardiaque.
choc anaphlyactique
Le plus souvent il peut y avoir des signes annonciateurs de la crise comme une angoisse, une sensation de malaise, des sueurs, une sensation de nez bouché, une crise d'urticaire que la personne sait reconnaitre et si cela est detecté  à temps on peut sauver la personne.

Il faut idéalement disposer d'un kit qui est vendu en pharmacie ( il existe 2 marques commercialisées sous le nom de ANA-HELP® ou ANA-KIT® consistant en une seringue pré-remplie d'une quantité fixe d'adrénaline et prête à l'emploi extremement simple, il suffit alors de se piquer dans la face externe de la cuisse avec le produit et en quelques minutes la personne retrouve sa conscience et une tension normale.

Il faut de toutes les manières alerter immédiatement le centre 15 ou les pompiers et faire conduire la personne aux urgences, car la crise peut se répéter.
C'est l'urgence la plus grave en allergologie avec l'oedeme de Quincke.

L'Oedeme de Quincke

 C'est une autre urgence allergique grave, il s'agit en fait d'un oedeme (gonflement) de la gorge, plus précisemment du larynx qui est l'organe des cordes vocales, par lequel passe l'air qui va dans nos poumons.

Lorsque la muqueuse gonfle considérablement et rapidement, la personne étouffe et n'arrive plus a parler ni à respirer normalement, elle fait de gros efforts pour respirer, et présente une voix très rauque voire, une extinction totale ou partielle de voix, avec des sueurs; On peut également ressentir une sensation de gêne , de grattage (prurit) dans le nez, la gorge qui précède la crise, il peut apparaitre un urticaire (éruption) au niveau du visage qui devient rouge et gratte, ce degré s'appelle plus précisemment un angio-oedeme.
Dans ce cas il faut immédiatement appeler le 15 et procéder comme ci-dessus si l'on dispose du kit antiallergique, surtout si l'oedeme est important et s'accompagne de signes de choc : malaise, sueurs, anxiété et prurit généralisé

Le prurit généralisé veut dire une sensation de grattage un peu partout avec l'apparition ou pas d'éruption; si c'est le cas, c'est que l'on appelle un urticaire , mais l'éruption peut très bien ne pas être visible et la personne ne ressent qu'une sensation de grattage intense.

Quincke ?
Le Heinrich Quincke a décrit pour la première fois le tableau clinique de l’angio-œdème en 1882. Sir William Osler a remarqué en 1888 que certains cas pouvaient avoir une base héréditaire ; il a donc inventé le terme « œdème angio-neurotique héréditaire ».
Signes et symptômes[modifier]
Obstruction des voies respiratoires par œdème laryngé nécessitant une prise en charge médical urgente.
La peau du visage, normalement autour de la bouche et la muqueuse buccale et / ou la gorge, ainsi que la langue enflent pendant quelques minutes ou plusieurs heures. Le gonflement peut aussi se produire ailleurs, généralement sur les mains. Parfois, le patient a été exposé récemment à un allergène (par ex. cacahuètes), et un urticaire se développe simultanément ; mais bien souvent, l’origine est idiopathique (inconnue). Le gonflement peut provoquer une démangeaison. Il peut aussi y avoir une légère diminution des sensations dans les zones touchées, en raison de la compression des nerfs.
Dans les cas graves, un stridor des voies aériennes se produit, avec des halètements à l’inspiration et une baisse des taux d’oxygène. Une intubation trachéale et un traitement rapide par adrénaline et antihistaminiques est nécessaire dans ces cas-là.

L’utilisation d’ibuprofène ou d’aspirine peut accroître la probabilité de crise chez certains patients. L’utilisation de paracétamol entraîne une augmentation certes plus réduite mais réelle de la probabilité de crise.
Traitement[modifier] Traitement de la crise[modifier]
L'œdème de Quincke peut être grave car il peut évoluer rapidement vers une obstruction des voies respiratoires due à l'œdème laryngé et vers un état de choc anaphylactique.
Le traitement de la crise est urgent et nécessite l'association d'adrénaline (en intramusculaire ou perlinguale) et de corticoïde en intramusculaire ou intraveineux. L'administration d'une dose d'adrénaline en sous cutané est recommandée : en concentration 1/1000, 0,01 ml/kg/dose (dose maximale de 0,3 ml/dose); ré-administration si nécessaire après 20 minutes. Un transport médicalisé pour une surveillance hospitalière est nécessaire même en cas de franche amélioration car une réaggravation est possible. En l'absence de signe de gravité, le traitement consiste en l'administration d'antihistaminiques et de corticoïdes..
Dans le cas de l’angio-œdème allergique, l’absence d’exposition à l’allergène et l’utilisation d’antihistaminiques sont susceptibles de prévenir les crises futures. La cétirizine, commercialisée sous le nom de Zyrtec ou Reactine, est un antihistaminique couramment prescrit en cas d’angio-œdème. Les cas d’angio-œdème sévères peuvent nécessiter une désensibilisation à l’allergène putatif, compte tenu du risque de mortalité. Les cas chroniques nécessitent une thérapie par stéroïdes, entraînant généralement une bonne réponse.


l'Urticaire

urticaire
L'urticaire (du latinurtica, ortie (autres prononciations : It. ortica, Esp.. ortiga, Pt.urtiga) urere, brûler) est un symptôme notable cutané caractérisé par une rougeur pâle et quelques gonflements. L'urticaire cholinergique est souvent causée par des réactions allergiques ; cependant, il existe des causes non-allergiques. La plupart des cas d'urticaires durent environ six semaines (urticaire aigüe). L'urticaire chronique (durant plus de six semaines) est rarement due à une allergie. La majorité des patients atteints d'urticaire chronique possèdent des causes (idiopathiques) inconnues.


Des formes plus impressionnantes et graves (ex. urticaire géante, urticaire généralisée) peuvent apparaitre brutalement (en quelques minutes) et accompagner un choc anaphylactique ou un œdème de Quincke.
et notamment dans sa forme étendue appelé urticaire géant est une troisième forrme d'urgence allergique, qui consiste en l'apparition en quelques instants, d'une sensation de "cuisson" et de " prurit généralisé " avec présence de plaques rouges, gonflées très impressionnantes et surtout migrantes, c'est à dire ne restant pas à la même place. Lorsque cet urticaire commence a couvrir l'ensemble du corps, les membres, le ventre, le dos, le cou, le cuir chevelu on parle alors d'urticaire géant.

Il s'agit en fait de papules cutanées erythémateuses (rouges) , de localisation variables, fugaces, migratrices, confluant en plaques de plusieurs centimètres qui migrent et disparaissent d'un instant à l'autre sans laisser la moindre trace ni aucune cicatrice.

L'urticaire aigue et/ou l'angio-oedeme évoquée précedemment sont des motifs très largement fréquents de consultations, chez le médecin ou aux urgences car ils sont en général assez spectaculaires et inquiétants pour le patient et son entourage, néanmoins, ces manifestations ne sont réèllement menaçantes pour la vie du patient que dans deux circonstances :

- comme nous l'avons vu precedemment lorsqu'elles sont associées a un choc anaphylactique
- ou du fait de l'importance de l'urticaire facial avec angio-oedeme important du larynx et etouffement avec asphyxie rapidement progressive.
Dans ces 2 cas, on peut utiliser un kit anti-allergique et appeler le 15.
Dans tous les autres cas, il faut bien entendu consulter le médecin traitant ou se rendre au service des urgences.

L'asthme aigu grave,

est une des manifestation allergiques graves classique et surtout fréquente qui survient en général chez une personne qui se sait asthmatique; on distingue deux types de crises, l'une d'installation plus ou moins progressive sur quelques heures ou quelques jours avec une aggravation de l'état respiratoire et un asthme sifflant et asphyxiant; l'autre est beaucoup plus grave, et moins fréquente, avec une crise brutale qui apparait en une a trois heures et conduit le patient directement aux urgences ou a l'appel des pompiors car il ne peut tout simplement plus respirer; ce type de crise aigue et violente pourrait être responsable de 15 à 40% des décès par asthme aigu.

Il faut savoir que chez les jeunes et les enfants l'association d'une allergie alimentaire et de crises d'asthme est un facteur de gravité établi.

Nous allons passer en revue les différentes catégories d'allergènes,  certains extrêmement puissants comme le latex par exemple, ou l'arachide et d'autres qui le sont moins, comme les acariens.
Il faut aussi distinguer les pneumallergènes qui comme leur nom l'indique agissent par le biais de l'air inhalé, et les trophallergènes qui agissent par voie digestive ou par contact différent des pneumallergènes.

Enfin, n'oubliez pas qu'il existe des facteurs exterieurs , environnementaux mais également d'ordre psychologiques  qui jouent un rôle dans le déclenchement des allergies, ainsi on a décrit la forme AIIAEP qui associe l'ingestion d'aliments et la pratique du sport, l'anaphylaxie post-prandiale (après le repas), le stress, la prise d'alcool, et bien sur classiquement la prise d'aspirine chez les personnes souffrant de cette forme d'allergie (terrain atopique).

particularités selon les causes
 Les Pneumallergènes 
ce sont des "allergènes" véhiculés par voie respiratoire et donnent en général lieu soit à des rhinites allergiques aigues  ou intermittentes, soit à des crises d'asthme, mais également à des conjonctivites et parfois à des urticaires. Quelque soit le type d'allergène, il est toujours possible de voir se déclencher une crise allergique urgente, un choc anaphylactique ou un décès. Il faut en être conscient alors que l'on a tendance à banaliser les "rhumes des foins" et à trouver les anti-allergiques en vente libre dans les pharmacies... .

Parmi ces pneumallergènes on note tout particulièrement 3 catégories principales
acarien1) Les Acariens


pollens2) Les Pollens


moisissure3)Les Moisissures




Les Acariens


acarien










1) Les Acariens
: Les acariens pyroglyphides, notamment ceux du genre dermatophagoïdes, représentent un source majeure d’allergènes de la poussière de l’habitat.
A l’état adulte, les acariens pyroglyphides ont une taille variant de 170 à 500 μm. L’aspect de la cuticule varie selon les espèces : elle peut être lisse, striée ou couverte de très fines spicules. La durée de vie des acariens pyroglyphides est de trois mois en moyenne.  la durée de développement nécessite environ 1 mois. Elle est influencée à la fois par l’humidité relative et la température. L’humidité représente un facteur crucial pour le développement des acariens pyroglyphides dans l’environnement domestique. Les conditions optimales de développement à 25°C sont : 70 à 80 % d’humidité relative pour Dp et 50 à 60 % pour Df. Les acariens peuvent se développer néanmoins dans des maisons où l’humidité relative est beaucoup plus basse en colonisant des zones microclimatiques favorables, où l’humidité relative est plus élevée, notamment au niveau des matelas et des meubles rembourrés. Du fait d’une balance hydrique très précaire, ils ne peuvent qu’absorber l’eau extraite de l’humidité ambiante, étant totalement dépourvus d’autres moyens d’ingestion hydrique.
La température optimale requise par les acariens en culture est comprise entre 26,6°C et 32,2°C.

C. Effets des acariens sur la santé.
Les acariens produisent des antigènes,  qui sont des substances étrangères à l’organisme, capables de susciter une réponse immunitaire (production d’anticorps ou réponse cellulaire) entraînant des pathologies. Cette réponse survient uniquement chez des sujets atopiques, c’est-à-dire des sujets qui ont une anormale facilité à synthétiser des anticorps de type IgE vis à vis d’allergènes naturels ayant pénétré dans l’organisme par des voies naturelles. Dans le cas des acariens, les antigènes pénètrent par la voie respiratoire, ils sont inhalés ; ces protéines allergéniques sont portées pour 80 % d’entre elles par des particules de 10 μm, qui sont mesurables lorsque la poussière est mise en suspension, et pour 20 % d’entre elles par des particules plus petites, donc plus facilement inhalables. La prédisposition à se sensibiliser aux allergènes d’acariens est génétique. 20 à 30 % de la population présente un terrain atopique,
L’asthme et la rhinite dominent le tableau clinique, mais des conjonctivites peuvent également être observées. Le rôle des acariens a été également suspecté dans l’eczéma atopique. Les facteurs les plus caractéristiques de manifestations respiratoires liées aux acariens sont les suivants : un asthme ou une rhinite survenant électivement au domicile, particulièrement dans la chambre à coucher, des crises d’asthme, de rhinite ou de conjonctivite provoquées par des activités ménagères notamment lors de la réfection du lit, la disparition des crises d’asthme en altitude sèche et lors de séjours hospitaliers ou en cure, l’apparition de crises lors de séjours dans un habitat particulier (maison de
les variations de l’humidité relative qui elles-mêmes conditionnent la prolifération des acariens.
D. Effet des acariens sur l’environnement.
Les acariens ne produisent pas d’émanations chimiques dangereuses. Ils peuvent se nourrir de moisissures présentes dans les habitats humides. Ils sont parfaitement tolérés par les personnes non allergiques.
dans les pays tempérés, des concentrations de 20 à 40 μg par gramme de poussière sont fréquemment observées. En France, ces dosages ont montré que les taux d’allergènes d’acariens étaient faibles en altitude et que des valeurs élevées supérieures à 250 μg par gramme de poussière pouvaient être retrouvées dans un environnement urbain ; ainsi, à Strasbourg la médiane était à 20 μg/g.
Les techniques de mesure des allergènes des acariens doivent surtout servir à identifier les réservoirs d’acariens. Le matelas est le principal réservoir des acariens, mais leur présence a également été démontrée dans les moquettes, les sommiers, les chaises, les canapés, les vêtements, les jouets en peluche. Les acariens et leurs allergènes sont surtout présents dans l’habitat domestique, mais des allergènes d’acariens en faible quantité ont également été mis en évidence dans la poussière de crèches, ainsi que dans différents lieux publics tels que les cinémas et les trains. Enfin, il a été clairement montré que des sols recouverts de moquette contenaient davantage d’allergènes d’acariens que des sols lisses (sol plastique, parquet, carrelage).

Mise en évidence des allergènes d’acariens dans l’air.
Le comportement aérien des allergènes des acariens a été largement étudié. Il montre qu’après 15 minutes de mise en suspension de la poussière, 10 à 20 % de particules porteuses d’allergènes sont toujours en suspension. 

F. Réglementation relative aux acariens
Règles AFNOR ?
Il n’existe pas de norme concernant le nombre d’acariens ou la quantité d’allergènes en μg par gramme de poussière d’un habitat défini comme insalubre. Pour les personnes allergiques, il est conseillé d’avoir les taux les plus bas possibles dans l’ensemble de l’environnement du patient, mais de véritables seuils ne sont pas établis. D’après notre expérience, le seuil de 10 μg/g est un seuil où de nombreux patients allergiques aux acariens ont des symptômes. Cependant, ce seuil ne peut pas être fixé comme un seuil d’exposition en toxicologie. En effet, la détermination du nombre d’acariens par gramme de poussière ainsi que la quantité d’allergènes majeurs par gramme de poussière peuvent être variables en fonction du lieu du prélèvement dans le domicile, mais aussi en fonction du moment où ce prélèvement est effectué.

G. Recommandations
Le mesure la plus facile est la réduction de l’humidité relative à l’intérieur des habitations. Il faudrait obtenir une humidité relative de l’ordre de 50 %. Ceci implique une bonne aération du logement, notamment lors du séchage du linge, de la cuisson des aliments, et une évacuation la plus directe possible de l’humidité générée par les douches et les bains. L’isolement des logements pour le économies d’énergie ne doit pas se faire au détriment d’une bonne ventilation, notamment grâce à une ventilation mécanique bien entretenue. L’entretien des bouches de VMC et des entrées d’air dans les fenêtres doit être mensuelle et peut être vérifiée par un geste simple tel que l’utilisation d’un papier absorbant placé près de la bouche qui doit être retenu par le flux d’air. L’humidité liée au bâti doit également être prise en compte, et la vérification de remontées capillaires, d’infiltrations au niveau du toit est importante.


Il faut également limiter les réservoirs d’allergènes en choisissant des revêtements de sol lavables, en donnant la préférence aux sommiers non tapissiers, et en limitant le mobilier capitonné dans le logement d’un allergique. Les housses anti-acariens validées par des études scientifiques ont montré leur efficacité pour éviter le contact avec les allergènes contenus dans les matelas. Cependant, lorsque les réservoirs (matelas, sommiers...) sont très contaminés, leur remplacement est préférable.
Les produits acaricides distribués par différents fournisseurs ont une efficacité réduite lorsque la charge en allergènes est trop importante. L’efficacité de ces produits est limitée par leur faible pénétration dans le support, par ailleurs ces produits ne sont que

des produits acaricides et ne dénaturent pas les allergènes. Ils doivent être non irritants pour les patients asthmatiques.
Le simple lavage en machine, même à des températures inférieures à 60°, a une action sur la réduction des allergènes contenus dans les couettes, les couvertures, les oreillers et les peluches.
Pour l’entretien du logement il faut éviter au maximum la dispersion de la poussière en privilégiant le balayage humide ou l’utilisation d’un aspirateur bien entretenu (sac et filtre changés fréquemment). Les aspirateurs munis d’un filtre HEPA ne sont pas indispensables, mais en cas de renouvellement du matériel ce choix est judicieux.



pollens









2. Les Pollens 
une exposition saisonnière aux pollens peut entraîner le classique "rhume des foins" ou parfois une forte rhino-conjonctivite.
Toutefois dans certains cas, il peut y avoir une "décharge massive" de pollens dans l'atmosphère, notamment en cas d'orage ou de coups de vent, qui peuvent déclencher des crises d'asthmes graves.

Il existe depuis 1996 une association dénommée réseau National de surveillance aérobiologique ( RNSA) et dont la mission est de surveiller les particules biologiques et en particulier les pollens et les moisissures présentes dans l'air, et l'étude de leur conséquence sur le risque allergique pour la population. Ce réseau repose sur 150 médecins spécialistes en allergologie et est représentatif d'environ 69 agglomérations ( 85% de la population Nationale); grace à la mise en place de capteurs placés sur des sites spécifiques appelés sites de recueil de fond il est possible de réaliser ce que l'on appelle une analyse pollinique . En paralèlle et afin de recueillir les informations cliniques ( et la boucle est bouclée) le RNSA a mis en place des réseaux de médecins sentinelles et publie depuis 2004 un bulletin clinique hébdomadaire appelé bulletin allergo-pollinique.
Ainsi on peut dresser une carte Nationale de la présence des pollens dans les différentes régions, de leur type et bien entendu des conséquences cliniques enregistrées. On peut par exemple publier la carte d'un risque allergique pour une essence donnée d'arbres par exemple le bouleau ou l'ambroisie, selon une classification simple :nul, très faible, faible, moyen, fort, très fort. Ceci correspond à l'indice de Risque Allergique d'Exposition aux Pollens (RAEP); il suffit de consulter cette carte pour savoir si telle ou telle région présente un risque fort ou très fort pour un pollen donné et si l'on est allergique à ce type de pollen il vaudra mieux changer de lieu de villégiature...! :-))
toutes ces données compilées depuis de nombreuses années au niveau des différentes régions en ce qui concerne tant les taxons polliniques ( types de pollens) que les valeurs du risque allergique associé ont permis de décrire des "saisons polliniques" qui sont schématiqement au nombre de 3.
- La saison des arbres du début de l'année jusqu'au début du printemps
Cette saison représente une saison très riche en pollens tant sur le plan quantitatif que sur le plan qualitatif.
Elle démarre a peu près à Noël sur le pourtour méditerranéen avec les cyprès jusqu'au mois de mars engendrant un risque allergique élevé à très élevé.
Il faut souligner que de plus en plus les saisons se recoupent en raison des migrations, des pollutions atmosphériques et que la notion de pollinose "saisonnière" "intermittente" ou "permanente" n'a plus la valeur qu'elle avait auparavant.

<Sur le reste de la France les pollens n'apparaissent que vers la fin du mois de Janvier avec le noisetier, l'aulne, suivis par l'arrivée des pollens de fresne, de bouleau, de chêne, de murier et de platane. Vous trouverez ci-après le risque allergique de chaque taxon.
La saison des arbres se termine dans le sud de la France avec les pollens d'Oliviers, et de troene, et sur le reste du territoire par le tilleul et le chataignier.
NIAGARA WINE TRAIL-56










-La Saison des Graminées (appelés également Poacées) du milieu du printemps au début de l'été.C'est souvent pendant cette saison que l'on parle ( à tort bien entendu) du fameux rhume des foins... .C'est la grande saison pollinique pour les médecins...!!!
Les graminées sont les plantes dont la tige est creuse et les fruits sont souvent des épis : le blé, le seigle, l'avoine, l'orge, le chiendent, et bien d'autres plantes de la même famille.

parietaireAinsi dans les régions situés au sud de la Loire, cette saison est aggravée par la présence concomittante de pollens de graminées et d'urticacées, en l'occurence la pariétaire (Avril , Mai, Juin) qui provoque des allergies sévères.

Sur tout le territoire Français globalement la saison des graminées commence avec le moi de Mai ( ca rime ....) et dure environ 2 mois jusqu'à la mi  juillet. En altitude leur pollinisation est retardée et s'étend du début Juin jusqu'au mois d'Août.

Enfin, la 3ème saison, La Saison des Herbacées :
du début de l'été au début de l'automne (arrière saison), parmi les plus connus de ces pollens, on citera l'armoise, l'ambroisie emis en quantité très importante sur la région lyonnaise,

Chers Internautes allergiques, vous pouvez
 donc être à peu près tranquilles entre fin septembre et fin décembre... ca ne vous laisse pas beaucoup de temps pour respirer tranquillement !


3. Les Moisissures
moisissure










Moisissure est un nom vernaculaire ambigu qui désigne en français certains microorganismes au développement filamenteux, le plus souvent des champignons du clade des mycètes, bien que le nom ait été longtemps employé pour désigner des espèces d’un règne assez éloigné et aujourd'hui distingué (comme celui des chromistes, plus proches des végétaux verts que des champignons) ; il en existe des milliers d'espèces différentes. Ce sont en général des organismes pluricellulaires.
La plupart des moisissures sont hétérotrophes (fondant leur développement sur l’assimilation des produits organiques produits par d'autres espèces vivantes ou lors de leur décomposition), mais ce n’est pas toujours le cas, certaines ayant des métabolismes mixtes leur permettant aussi de se développer aussi soit en symbiose avec une autre espèce, soit en synthétisant de façon autotrophe les produits organiques à partir de nutriments minéraux et d’une source d'énergie (par exemple les moisissures chromistes capables d'une forme limitée de photosynthèse, et certaines moisissures acidophiles ou basophiles).
les moisissures sont trouvées en abondance très variable en fonction des conditions atmosphériques, de l'humidité, de la température ambiante, etc....
moisissures1









On les trouve surtout durant l'été dans des interieurs insalubres, ou dans des conditions de saleté (c.f photos ci dessous) associées à de l'humidité par exemple provenant des murs suintant d'eau.
Ce sont des champignons microscopiques qui diffusent par l'émanation des spores dans l'atmosphère.
Ces moisissures sont responsables d'asthme grave et mortel.


 les Allergies Alimentaires
hygiène alimentaire au coeur des préocupations de chaque individu mais aussi en cas de maladies cardio-vasculaires ou métaboliques, comment manger mieux pour vivre mieux ?
















page encore en phase de construction